La nuit de la poésie, 27 mars 1970

3 décembre 2018

L’ONF rend disponible, pendant une durée limitée, le documentaire Chronique de la nuit de la poésie 1970 qui regroupe toutes les séquences coupées au montage de Nuit de la poésie 27 mars 1970.  Bien que ces séquences coupées soient d’un faible intérêt autant cinématographique que poétique, on peut quand même apprécier la valeur historique des ces images oubliées.  On y voit entre autres Gaston Miron et d’autres poètes discuter avec un groupe d’étudiants.

Quant au documentaire original, les amoureux de la poésie sauront encore savourer Panneaux-réclame de Michèle Lalonde (accompagnée de Michèle Rossignol et Michel Garneau), Monologues de l’aliénation délirante de Gaston Miron, Énumération de Gérald Godin, La vis de Raymond Lévesque, Allô-police de Denis Vanier, Speak White de Michèle Lalonde et une finale toute en musique avec une pièce hallucinante (au titre inconnu) du groupe Infonie (avec Raôul Duguay qui chante) !

 


Le bon cinéma

30 octobre 2016

On ne se tanne jamais des bons films!


Humour (105)

24 août 2016

Un peu de cinéma?


We Live in Public

2 février 2015

Le genre de documentaire qu’on se doit de connaître : We Live in Public.

Vous ne verrez plus jamais internet de la même façon : We Live In Public.


Pulp Fiction

10 juillet 2014

C’est un des classiques du cinéma, une scène d’anthologie de Pulp Fiction qui ne pouvait émerger que de la folie de Tarentino!  J’adore le caractère solonnel que Jules Winnfield prend quand il récite ce passage d’Ézéchiel :

The path of the righteous man is beset on all sides by the inequities of the selfish and the tyranny of evil men. Blessed is he who, in the name of charity and good will, shepherds the weak through the valley of darkness, for he is truly his brother’s keeper and the finder of lost children. And I will strike down upon thee with great vengeance and furious anger those who attempt to poison and destroy my brothers. And you will know my name is the Lord when I lay my vengeance upon thee.

Là où le spectateur est surpris (j’avoue que la première fois que j’ai vu le film, je me suis dit « dans le fond, Jules c’est un bandit mais tellement croyant qu’à celui-là, il va lui laisser une chance »), c’est qu’après cette accalmie, on a droit à un contraste sanglant puisqu’il vide invariablement son chargeur dans le pauvre con à qui il récite ce passage de la Bible !

En version française :


Les documentaires

5 mai 2014

Ceux qui me connaissent le savent, je suis un maniaque de documentaires!

On en retrouve une multitude de bons dans la liste de lecture (playlist) de ChaîneDuQuébec sur Youtube.

Je vous recommande vivement Trou Story (l’exploitation minière vue et expliquée par Richard Desjardins).

J’ai également bien aimé Les Punks Québécois – La quête de la liberté, mais c’était plus par nostalgie d’une partie de mon adolescence!


Le confort et l’indifférence

5 mai 2014

Pour ceux qui se demandent encore ce à quoi Denys Arcand faisait référence dans la dernière diffusion de TLMEP hier, voici le documentaire en question ici.

Une magistrale illustration de la campagne de peur et de désinformation machiavéliquement orchestrée par le camp du NON (référendum de 1980) à l’époque!

Sur le même sujet (la liberté d’un peuple), une des bonnes entrevues de Falardeau également ici.