Coups de tonnerre

15 mars 2018

Dans le merveilleux monde des échecs, il arrive parfois qu’un adversaire insouciant suive aveuglément les sentiers archi-usés et connus de la théorie des ouvertures pour soudainement tomber sur la plus mauvaise des surprises…

C’est exactement ce qui est arrivé à Levon Aronian contre Vladimir Kramnik dans cette partie du tournoi des candidats 2018. Qui aurait cru voir une nouveauté au septième coup d’une espagnole (voir image ci-dessus)?

Ces coups de tonnerre dans un ciel serein n’arrivent pas que dans l’ouverture.  Combien de fois un adversaire négligent s’est laissé aller à la nonchalance en pensant que la finale était nulle?  On a ici une autre démonstration magistrale de Karpov qui endort Ljubojevic dans une finale de fous de couleurs opposées!


Karpov-Kasparov Championships Secrets

6 août 2016

Want to know what was happening behind the scene in the KK matches?  Watch this excellent documentary!

Save


Mikhaïl Tal

12 juin 2015

Une excellente entrevue de Vladimir Tukmakov au sujet de Mikhaïl Tal.

Ça fait du bien qu’enfin quelqu’un rappelle à tous que Tal, ce n’était pas que des sacrifices époustouflants, des combinaisons magiques, l’artiste des complications et un blitzeur comme il n’y en a jamais eu.

Tal a aussi été un des secondants de Karpov et c’est à lui qu’on doit certaines des innovations les plus complexes et sanguinaires dans l’arsenal d’ouvertures de l’ancien champion du monde.

Karpov a toujours eu le plus grand respect pour Tal.  En fait, il y a toujours eu un grand respect entre eux deux.  Tal disait que la seule personne qu’il craignait en blitz, c’était Karpov.  Curieusement, Karpov disait la même chose pour Tal!


Les petits plaisirs…

26 juillet 2013

Les petits plaisirs, quand on est un tant soit peu attentif, sont partout autour de nous.  Ils sont là, tout près, accessibles.

Qu’il s’agisse de lire la délicieuse plume de la blogueuse Hélène Natier ou les touchants papiers de Pierre Foglia.

Qu’il s’agisse d’amirer les surprenantes, belles et originales photographies de Marcela Cava Balsa.

Cycliste (Tous droits réservés, Marcela Cava Balsa, 2013)

Car (Tous droits réservés, Marcela Cava Balsa, 2013)

Qu’il s’agisse d’apprécier (et de comprendre) le coup absolument brillant (56…g4!!) de Karpov avec les noirs dans la partie Kasparov-Karpov ici.

Qu’il s’agisse d’écouter une valse de Strauss.

Qu’il s’agisse de goûter un bon verre de Château de Sancerre.

Qu’il s’agisse de regarder Curieux Bégin et de faire des wet dreams de bouffe ou de craquer pour la toujours jolie Etheliya Hananova!

Qu’il s’agisse de rêver en écoutant un film : Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, La cité des femmes ou Le Bon, la Brute et le Truand.

Qu’il s’agisse de fumer une Marlboro, un verre de Black Russian (avec une aveline!) ou de Macallan à la main!

Qu’il s’agisse d’écouter un bon match de baseball.

Qu’il s’agisse de lire La Presse du samedi, tranquillement, en entier.

Qu’il s’agisse de jaser de tout et de rien, longuement.

Qu’il s’agisse de déguster une entrée de champignons shiitaké sautés, une salade de roquette avec des copeaux de parmesan (vinaigre de malt et huile d’olive) ou un morceaux de fromage Le Migneron de Charlevoix.

Le bonheur est un bien grand mot.  Mais ses incarnations sont dispersées dans une foule de petites choses…

Le bonheur, mon petit plaisir favori, c’était de me réveiller en regardant la plus belle femme du monde de dos, celle que tu aimes,  mettre son soutien-gorge.