Humour (150)

27 février 2019


Dioné

11 janvier 2015

Une rare (et hallucinante!) photo de Dioné avec, en arrière-plan, les anneaux de Saturne.


Margaret Hamilton

23 décembre 2014

Peu de gens le savent (s’cusez ma nerdité, je suis un maniaque d’astronomie et d’astronautique depuis que j’ai 6 ans!) mais si nous sommes allés sur la Lune en 69, c’est beaucoup grâce à une femme, Margaret Hamilton! Ingénieure, elle dirigeait l’équipe responsable du développement des programmes informatiques de la mission Apollo.

Un bref article sur son rôle historique.

Pour la petite histoire, malgré le fait que ce n’est mentionné presque nulle part, on regrettera que Jack Garman ait été récompensé pour son rôle crucial lors de l’alunissage sans qu’on fasse même mention de Margaret Hamilton.

À quelques secondes de l’alunissage, les alarmes 1201 et 1202 se sont mises à retentir sans cesse, indiquant un problème informatique sérieux.  Reconnaissant l’improbabilité de telles erreurs, c’est Garman qui a donné le « Go » final malgré les alarmes, évitant un « abort » en catastrophe!

Exceptionnellement, Garman a été honoré par Richard Nixon du même prix que Armstrong, Aldrin et Collins.

Ce que l’histoire oublie de dire c’est que c’est grâce au design ingénieux des systèmes informatiques de Hamilton qu’on a évité la catastrophe!  En effet, ces alarmes (et les mécanismes de correction qui y étaient rattachés) ont permis à l’ordinateur de prioriser les tâches liées à l’alunissage en reléguant rapidement aux oubliettes les tâches connexes (et non critiques à ce moment de la mission!).

Cela a permis aux ordinateurs de reprendre le dessus : la routine radar fautive commençait à tout ralentir et à monopoliser 15% du temps de calcul de l’ordinateur de guidage.  Le système informatique de Hamilton a décidé de prioriser les programmes d’alunissage en écartant les erreurs du programme de radar.

Hamilton n’a pas reçu de prix.  Mais elle a évité un écrasement sur la Lune à coup sûr!