Pharo’s Tips and Tricks

21 novembre 2017

Un autre document PDF, Pharo’s Tips and Tricks, de Stéphane Ducasse sur quelques time savers que vous devriez connaître pour améliorer votre expérience avec Pharo!


Voyager dans le temps

20 juillet 2013

Vous recherchez désespérément une page web bien précise mais, hélas, celle-ci n’existe plus ou le serveur qui l’héberge est hors service?  Qu’à cela ne tienne! Il existe des moyens pour visualiser/récupérer ces pages.

1) La copie cachée

Le premier est tout simple.  Avec un peu de chance, si vous faites une recherche sur Google et que l’engin de recherche vous affiche un résultat pour la page désirée, il en existe une copie en cache (un genre de copie de sauvegarde de Google qu’on appelle snapshot, un snapshot étant l’équivalent d’une photo).

Pour voir la copie que Google garde en cache, vous n’avez qu’à clicker sur le petit triangle à l’extrême droite de l’URL de la page puis à sélectionner « Cached » dans le menu qui apparaîtra (voir image ci-dessous)

Google_Cached_Page

Google vous affichera alors la copie cachée qu’il a.

Fait à noter, les engins de recherche Bing et Yahoo (et bien d’autres) offrent aussi la possibilité de visualiser la copie en cache de la page.  Alors soyez conscients qu’il se peut parfois qu’une page non trouvée sur Google ait été heureusement archivée par un autre engin de recherche!

2) Le WayBackMachine

Dans le cas où la page recherchée n’existe plus ou si vous désirez consulter des versions antérieures de cette page, il y a toujours possibilité d’utiliser le WayBackMachine.  Cet outil fait, à intervalles plus ou moins réguliers, des snapshots des pages qui sont changées.

Comment faire?  Allez sur WayBackMachine et entrez l’URL de la page que vous désirez consulter, comme ci-dessous:

WayBackMachine

Vous apparaîtra alors une page de résultats avec toutes les dates pour lesquelles un snapshot de la page a été pris (voir ci-dessous):

WayBackMachineCalendar

Cette page de résultats contient un graphe indiquant sommairement les snapshots qui ont été pris ainsi qu’un calendrier vous indiquant les mois et les dates desdits snapshots (dans l’image ci-haut, le calendrier indique qu’il existe 1 snapshot fait le 30 mars 2013 ainsi que les 2, 14 et 15 avril 2013).

Ne vous reste plus qu’à choisir la date qui vous convient!

3) Autres outils

Il existe bon nombre d’autres outils qui vous permettent de surveiller un site web (en tout ou en partie, ne serait-ce que des pages, des images ou des fichiers précis) et de télécharger le site web en entier (ou seulement les pages changées ou nouvelles depuis le dernier snapshot).  Quelques-uns de ceux-ci, que j’utilise depuis presque 10 ans, feront l’objet d’un prochain article!

4) Ne pas oublier

Rien ne s’efface vraiment jamais pour de bon sur internet!


Quelques trucs pour WordPress.com… WordPress Tips!

6 janvier 2012

1. Insérer du code

Pour ceux qui se demandent comment insérer des bouts de code dans WordPress.com, il faut savoir qu’il existe des tags permettant de le faire.  Plusieurs langages de programmation populaires sont supportés mais pas Smalltalk, malheureusement…  Pas encore du moins!  Pour ce qui est du code SQL, ça  fonctionne assez bien.  Ça va nous permettre d’afficher nos requêtes à MySQL de façon lisible et agréable à l’oeil!

La méthode est expliquée en anglais seulement mais les indications sont faciles à suivre.

Ça donne quelque chose du genre :

SELECT *
FROM region
INNER JOIN (
SELECT region.PDB, region.CHAIN
FROM region
LEFT JOIN split_domain USING (SUNID)
WHERE split_domain.SUNID IS NULL
GROUP BY PDB, CHAIN
HAVING COUNT(*)>1
) AS x
ON
region.PDB = x.PDB
AND
region.CHAIN = x.CHAIN
LIMIT 10

2. Insérer des parties d’échecs et des diagrammes

Pour les parties d’échecs et les positions, WordPress.com ne permet pas l’usage de Flash, de Java ou de plugins permettant la création de diagrammes ou de visualiser des parties. Pour le faire, vous devez avoir votre propre instance de WordPress ou vous devrez vous résoudre à insérer des images à la mitaine dans votre article.

3. Lire ce blogue dans une langue autre que le français

Le contenu de ce blogue, de façon surprenante, est assez bien traduit par Google. Je vous suggère d’essayer de traduire cet article avec l’outil de traduction de Google.

The content of this blog, surprisingly, is pretty well translated by Google. I suggest you try to translate this article with the Google translation tool.